Festival des 5 continents

[FILMAR]

 

logo_5continents

 

La 10ème édition du Festival de cinéma des 5 continents débute le 20 mai prochain. Cela sera l’occasion de revoir, entre autres, le Prix du public 2014 du Festival FILMAR, le très beau Conducta. Voici quelques séances concernant des films latino-américains.

 

Lundi 25 mai

20h00 Lucia 21, Laura Cazador, 31 min DCP

En présence du chef opérateur du film Yves Matthey (sous réserve)

Lucia déambule dans les rues havanaises en écoutant au casque L’Etranger de Camus qui va l’aider à décider entre partir à Paris ou rester à Cuba. Un premier film convainquant et fluide qui plonge dans le quotidien d’une jeune cubaine avec une ampleur formidable des sentiments et des passions.

 

Yo sé de un lugar, Beat Borter, 97 min. vo st fr, Suisse

En présence du réalisateur

Ce film représente le portrait de l’artisten cubain Kelvis Ochoa, membre du groupe connu Habana abierta, il a cosigné la composition de la bande originale du film Habana Blues. En présence de Beat Borter.

Kelvis Ochoa est un musicien cubain: musicien, poète, cuisinier, rêveur… Le Cubain Kelvis Ochoa vit sa musique. Rencontre avec des lieux et des personnalités qui ont marqué sa vie, son œuvre, sa génération – et la culture cubaine.

«Mon film est une déclaration d’amour à Cuba». C’est en ces termes que le réalisateur biennois Beat Borter résume son documentaire sur Kelvis Ochoa, musicien très populaire de Cuba et l’un des deux compositeurs de la B.O. du film Habana Blues. Yo sé de un lugar (littéralement «Je sais quelque chose au sujet d’un certain lieu») retrace le parcours du compositeur interprète de 44 ans, qui s’illustre à La Havane par ses rythmes cubains – Sucu-sucu, Cha Cha Cha, Macuta, Songo – mixés au funk, rock ou au pop.

 

Vendredi 29 mai

20h30 Conducta, Ernesto Daranas
Cuba – Fiction – 1h48 – 2014 – VOST
Dès 12 ans.

Meilleur film, Festivals La Havane, New-York et Bogota.
Prix du public, Filmar Genève et Lima 2014.

Institutrice depuis trente ans, Carmela est la grand-mère qu’aimeraient avoir Chala, 11 ans, et ces gamins à l’enfance cabossée de La Havane. Le film est direct, entre pure émotion et portrait lucide de la société cubaine.

 
X